L'alarme sur son téléphone sonna à 4h, il avait la tête lourde et le corps endolori comme après avoir fait la fête. Il se prépara en toute hâte et en silence. Les stands de coiffure et costume se trouvaient bien plus loin que lorsqu'il était dans sa caravane. Hélène n'était pas réapparue. Il lui laissa un mot sur la table de chevet. Il n'aimait pas se séparer d'elle surtout après une dispute, leur seconde. Il traversa la cour arrière et arriva au devant de la maison, de là on avait vu sur l'aire aménagée sur la droite et tout le reste était des hangars. Sur les balancelles, il vit au clair de lune une silhouette qui faisait de léger va et vient. Même au loin il la reconnu. Traversant la pelouse, il fit craquer la neige gelé par la nuit glaciale. Ce bruit la fit relever la tête. Il enleva l'amas qui recouvrer la planche de bois voisine. Que pouvait-il dire? S'excuser il l'avait déjà fait, la vérité dite, c'était à elle à décider de leur avenir. Il tendit sa main gantée vers elle. Il n'attendit que quelques secondes avant qu'elle ne la lui prenne. Elle redémarra son léger balancement et il se cala à son rythme.

Peter observait la scène depuis la fenêtre de sa chambre. Il n'avait pas encore rencontré la jeune femme qui lui donnait tant de soucis avec les absences répétées et les changements d'humeur de l'acteur.

Le jeune couple quitta les balancelles et se dirigea vers les studios à pied et toujours silencieux. La journée commença par la transformation en nain. Hélène était impressionnée de voir toutes les multiples étapes et artifices dont les acteurs étaient affublés. Un jeu de patience et de précision pour le personnel de la Weta pour beaucoup d'inconfort pour ceux qui devaient porter tout ça. Elle comprenait mieux la fatigue d'Aidan quand il venait la rejoindre la nuit à l'hôpital. Ensuite direction le gymnase pour l'échauffement et revoir les scènes de la journée. Le début du tournage était à 8h, toute la matinée dans le même bâtiment où les différents plateaux pour les prises du jour étaient regroupés. Une foule de gens s'activaient, les acteurs attendaient qu'on les appelle, durant ce temps ils relisaient leurs textes et discutaient entre eux. L'attraction du jour était Aidan accompagné d'une jeune femme à la crinière imposante. Elle était fascinée par tout ce qui l'entourait, ne perdant pas une miette de ce qui se passait de là où on lui avait dit de rester pour ne pas gêner le passage des équipes. Quand Peter arriva tout était près, les acteurs pouvaient enfin montrer leur talent dirigé par le réalisateur qui arpentait l'espace et donnait des instructions à chacun. Voyant le plus jeune des comédien regarder en direction des coulisses, il lui demanda de se concentrer, que la demoiselle ne se sauverait pas, qu'elle pouvait d'ailleurs venir le rencontrer mais pas avant la fin du tournage de la matinée. Aidan fut surpris par les paroles et le ton mi amusé mi sérieux de son chef.

Les prises se multiplièrent et le travail se faisait dans une ambiance studieuse mais sans stress apparent. On sentait l'aura de Peter, pour qui le cinéma doit rester un jeu. A être trop rigide on ne tire rien de bon des gens et l'esprit d'équipe, d'une fratrie, pousse à donner le meilleur de soi, à se dépasser.

Hélène, à voir tant de monde être animé du désir de bien faire leur métier, se mit à réfléchir à ses propres envies. Son travail ne la faisait plus rêver, pas à ce poste en tout cas et cette convocation, quelle en était la raison et quelles seraient les conséquences, elle le saurait dans quelques jours.