La découverte des lieux fut rapide, un lit, une armoire, une table de chevet, une salle d'eau. C'était le bureau, le plus intéressant. La table en bois brut était patinée par le temps et à certains endroits le bois était tassé, usé mais soyeux au touché. Des étagères gondolaient sous le poids des livres techniques, de géographie et autres romans. Des tas de fournitures de bureau se trouvaient à porter de main dans des niches sous le bureau. Un vrai espace de travail mais mieux ranger que son propre coin atelier à Paris. Tout d'un coup, cela lui manqua.Le papier, l'encre, les perforatrices et autres outils. L'odeur de la colle, les pinceaux à nettoyer. Ses doigts lui démangeaient. C'était une créatrice dans l'âme. Aidan laissa les dames faire le reste de la visite de la propriété, retournant dans un des hangars pour rattraper son retard dans son travail.

Fran parlait un peu français car elle avait passé un an en étude à Lyon dans sa jeunesse.
Elle fit faire le tour de toute les pièces de la maison et du garage qui ne contenait pas de voiture mais des accessoires de décor, des maquettes et du matériel divers. Fran dût également partir rejoindre le tournage, laissant Hélène s'installer et se reposer. Ils rentreraient surement vers 21h-22h.

Après s'être installée dans le bungalow, elle revint à la maison pour se préparer à manger. Elle fut surprise de voir les placards presque vides, trouvant surtout des biscuits secs, des soupes et des plats de pâtes déshydratés. En même temps avec le réfectoire sur place pas besoin de s'embêter à faire la cuisine. Cela lui donna une idée. Elle se prépara de la soupe avec des crackers. Puis elle alla regarder en détail la bibliothèque du salon, qui contenait aussi des romans mais rien pour le travail. De beaux livres de photos en noir et blanc, des éditions illustrées de contes, de fantasy, des romans d'amour ou policier et quelques pièces de théâtre constituaient l'ensemble des œuvres présentes. Des cadres photos contenaient des portraits de famille. Ils avaient l'air heureux. Un vent de nostalgie l'envahit. Elle se revit chez ses parents, avec son frère. Il n'y avait pas de telles photos, en tout cas pas avec des visages qui respiraient le bonheur.

S'installant au salon avec son repas, elle feuilleta les livres illustrés. Dans sa concentration, elle ne vit pas l'heure tourner et quand elle s'en aperçut il était déjà 21h40. Personne n'était encore rentré. Elle décida d'en rester là pour ce soir dans sa lecture et rentra au bungalow. Elle fit les soins des cicatrices. Elle en avait déjà eu mais c'était il y a bien longtemps et une infirmière s'en chargeait. Là elle devait se débrouiller seule avec les fournitures qu'on lui avait prescrites. En cas de soucis elle irait voir le poste médical du studio.