Ayant un pied à terre à Paris, elle demanda sa mutation, qui fut rapidement acceptée mais pour un autre service, celui des réclamations et litiges. Ce fut un sacré changement, elle qui avait du mal avec les rapports de force et les conflits. Le seul attrait était la vie après le bureau. Elle adopta sa nouvelle ville dès son arrivée et avec l'appartement ce fut le coup de foudre à la première découverte malgré l'état déplorable dans lequel les anciens locataires l'avaient laissé. Hélène entreprit des travaux de rénovation importants dont l'installation du mur en brique et la réfection totale de la salle de bain, sa seule erreur fut la taille du bac de douche, bien trop petit.

Durant les travaux elle faisait la navette entre la maison de Lille et Paris par le train.

Alors cet endroit c'était une partie de son histoire, elle ne s'en séparerait pas même si elle devait emménager avec son compagnon. Le studio de Marc ne contenait que très peu de livres, ce qui était étrange vu qu'il était un grand lecteur, mais pour lui les livres ne faisaient que passer dans sa vie, ils devaient toucher un maximum de gens donc il les revendait. Tout le contraire d'Hélène qui les gardaient tous précieusement. La cave de son appartement contenait plusieurs caisses de livres qu'elle avait lus. Les plus mauvais elle les revendait mais avait beaucoup de mal à s'en séparer malgré tout. C'était pareil pour son matériel de loisirs créatifs. Elle utilisait souvent les mêmes outils, collections de papiers et tampons mais ne pouvait imaginer vendre une partie de sa collection.

Mi juin elle entreprit de faire du rangement, cela faisait six mois qu'elle n'avait touché à son bureau, qui était encombré de tas de choses. Elle retrouva des encreurs dont un était ouvert et donc sec. Elle était étonnée car elle avait la manie de les fermer même entre plusieurs utilisations consécutives. Elle avait remarqué aussi que certain fonds de carte qu'elle avait préparés pour les fêtes de fin d'années manquaient. Elle s'assit pour réfléchir à où elle avait pu les mettre. En regardant dans le vide, elle tomba sur la photo d'Aidan imprimée il y plus d'un an, à l'époque où il n'était qu'encore qu'un coup de cœur d'une cinéphile envers un acteur, accrochée sur le grand mémo en liège qui était accroché au mur devant le bureau, mais le papier se soulevait. Intriguée elle l'enleva et découvrit une longue mèche de ses cheveux bouclés et deux dates au dos de la photo. Une de 2009, sûrement l'année de l'image tirée de la série britannique qui le fit connaître outre-atlantique et une autre le 2 janvier 2014. Le jour de leur adieu.

Agacé par ce qu'il avait fait , elle continua le rangement du bureau et du mémo. Retirant d'anciens schémas de mises en page et publicité de salon. Elle découvrit parmi la masse de papiers épinglés un carton rose où était inscrit « This is not the end XO Aidan » avec en signature deux traces de doigts formant un cœur. Elle continua de chercher d'autres papiers sur le mémo mais il n'y avait rien. Elle alla voir sur le porte des WC s'il y avait ajouté quelques choses, là non plus rien de nouveau.

Malgré le fait que l'appartement ne soit pas immense il y avait plein d'endroits où semer des indices. Elle fouilla dans toute la chambre, la bibliothèque et même dans les placards de la cuisine. Elle pensa qu'il avait eu le temps de découvrir le moindre recoin lorsqu'il restait seul ici. Tout d'un coup, elle pensa aux photos qu'ils avaient pris lors de leur rencontre. Elle n'en avait imprimé qu'une pour en faire une page. Sur le cliché il dansait avec Dean et ils riaient. Elle était magnifique, elle transpirait la complicité qu'ils entretenaient même hors caméra, elle les enviait.