Hélène sortit de ses pensées quand elle entendit l'homme assis à coté d'elle parlait d'Irlande. Il lui demandait pourquoi l'évocation de ce pays l'avait rendu triste. Elle répondit qu'un ancien ami en était originaire. Il demanda si ce n'était pas plus qu'un ami vu sa réaction, elle répondit qu'il ne pouvait rien se passer avec lui, qu'elle ne l'aurait pas mérité. Marc lui prit les mains qu'elle essayait de réchauffer. Elle sourit en sentant la chaleur des paumes qui entouraient ses doigts. Il dit que c'était lui qu'il ne la méritait pas, une femme si gentille et si jolie, qu'il avait été bête de la laisser lui échapper. Elle rougit et ne savait pas quoi répondre après de si charmantes paroles. Les flatteries n'étaient pas une musique connue pour elle. Il ajouta que depuis leur deux derniers rendez-vous il rêvait de faire quelque chose. Pensant à une nouvelle escapade dans la ville, elle le regarda attendant la suite. Il s'approcha et l'embrassa. Un vrai baiser, un qu'elle avait presque oublié. Quand leurs visages s'éloignèrent, elle finit son verre, pris son sac et se leva, avançant dans la rue. Elle s'arrête, se retournant pour le regarder. Il était resté sur sa chaise, interloqué par sa sortie. En la voyant partir ainsi, il pensait avoir été trop loin, qu'il ne la reverrait plus, mais elle lui tendit la main pour qu'il la rejoigne. Ils allèrent chez lui, son appartement n'étant pas très loin.

Leur première nuit d'amour fut assez intense. C'est elle qui pris la plupart des initiatives dés la porte du studio fermée. Attendre elle en avait assez. Il lui plaisait et réciproquement alors pourquoi attendre l'homme de ses rêves, il était venu puis reparti.

Après leurs ébats, allongés dans le sofa, il demanda ce que signifiait cette couronne qu'elle portait autour du cou. Elle passa son index sur l'objet argenté qu'elle aimait tant, qui se trouvait au creux de sa poitrine. Elle lui expliqua que c'était un cadeau d'un être cher à son cœur, ce bijou lui rappelait chaque jour que tout est possible il suffit d'y croire, que les rêves se réalisent même s'il y a une contrepartie pas toujours agréable. Marc était séduit par les valeurs que ce bijou représentait pour elle. La personne qui l'avait offert devait bien connaître Hélène pour choisir quelque chose d'aussi personnel et avec autant de résonance.

Leurs rendez-vous du mardi se transformèrent vite en rencontre quotidienne soit comme avant dans leur café soit par de vrais rendez-vous romantiques au restaurant qui finissaient souvent chez Marc.

En mai, il lui avait même fait de la place dans ses meubles pour qu'elle laisse quelques affaires chez lui. Elle ne vivait quasiment plus chez elle. En juin ils avaient même envisagé de vivre ensemble. Pour Hélène il était hors de question que ça soit chez elle. Elle tenait trop à garder son appartement avec ses souvenirs, ceux de Joëlle entres autres.

Elle avait hérité cet endroit de cette vieille dame si chère à son cœur. Elle était un peu la mère qu'elle aurait voulu avoir.

500293