Le fait de lui avoir expliqué ceci à haute voix, la fit presque pleurer, tant elle gardait ce secret espoir en elle.

De son coté, il ne comprit que très peu de choses au flot de mots français qui sortait de sa bouche, mais c'est son comportement physique qui lui fit deviner qu'elle était différente des autres femmes qu'il voyait trop souvent à son goût ces derniers temps, tournée oblige.

Avec son physique de jeune premier, il attirait le regard de beaucoup de femmes.

Il savait jouer de son charme, de sa beauté et de sa bonne humeur.
Les conquêtes d'un soir étaient facile et il en était un grand consommateur.

Sous ses apparences de joyeux drille, il se sentait de plus en plus seul, surtout le soir et durant les tournages. Mais il n'en avait encore parlé à personne.

La voyant tellement se confier à lui, il en fit autant, sachant que ce qu'il allait dire ne serait compris qu'en partie.

C'était le grand déballage.

Toujours debout dans la cuisine, les tranches de pain en train de griller, il lui avoua ses sentiments sur sa vie actuelle, son désir de faire un nouveau tournage aussi excitant que celui du livre, qu'il tenait encore en main.

Tout en l'écoutant, elle ne put retenir la larme qui était restée au coin de son œil, elle roula sur sa joue avant de s'écraser sur le livre.

Elle n'avait compris que deux- trois mots, mais la façon dont il se tenait si près d'elle, à la regarder dans les yeux si intensément, elle ne put retenir les émotions qui montaient en elle. Elle se détourna pour prendre un torchon et essuyer la larme qui risquait de faire gonfler la couverture glacé du livre.

Il lui prit le poignet lorsqu'elle tendit la main vers la masse de papier relier qu'il tenait encore.

Sa main était calleuse mais son geste doux. Prenant le tissu, il essuya la joue de la jeune femme puis la couverture du livre.

Ils sursautèrent en même temps lorsque la sonnette retentit, ce moment de confession leur avait fait oublier l'heure.

500293